Jacques Derrida

Le siècle et le pardon

Le pardon et le repentir sont depuis trois ans au centre du séminaire de Jacques Derrida à l’École des hautes études en sciences sociales. Qu’est-ce que le concept de pardon? D’où vient-il? S’impose-t-il à tous et à toutes les cultures? Peut-il être porté dans l’ordre du juridique? Du politique? Et à quelles conditions? Mais alors […]

Le programme « Faire face à l’histoire : les politiques de mémoire en France après l’Holocauste » vise à faire connaître la transformation de la mémoire en France à propos du génocide des Juifs auprès d’un public plus large en Turquie.

A propos du projet

Le processus de dépossession pendant le génocide arménien

J’aimerais commencer par quelques phrases sur l’importance de la question des propriétés dans les cas de violence de masse, qui a été négligée pendant une longue période dans les études sur le

La mise en place des politiques de dépossession pendant le génocide

Les historiens Tal Bruttmann et Mehmet Polatel ont traité la confiscation des biens lors de la conférence organisée dans le cadre du programme « Faire face à l’Holocauste : les politiques de mémoire en France

Comment la France a reconnu avoir commis « l’irréparable » ?

Je vais aborder le rôle de l’Etat français dans la politique antisémite, et aussi articuler cela avec la question de l’apparition des différentes mémoires autour de l’événement et comment depui

« Il faut trouver les formes d’action qui conviennent »

« Je me rappelle que la Turquie est le premier pays riche que j’ai vu, puisque l’Europe occidentale était pauvre à  l’époque.

Tous les articles

Twitter

Compte Twitter

Sources

Grenier de Sarah
Un site d’introduction à l’histoire de la Shoah, conçu spécifiquement pour les enfants de l’école primaire, et plus particulièrement pour les 8-12 ans. En français et en anglais.
Encylopedie Multimedia de la Shoah
L'encyclopédie multimédia de la Shoah rassemble plus de 300 articles sur l'histoire de la destruction des Juifs d'Europe.
Toutes les ressources

Définitons

Le travail forcé

L’idéologie nazie considérait le travail manuel forcé comme le moyen de prédilection non seulement pour punir les opposants intellectuels, mais aussi pour « éduquer » les Allemands afin qu’ils acquièrent une « conscience de race » et soutiennent les objectifs raciaux du national-socialisme. Dès l’hiver 1933, avec la création des premiers camps de concentration et des sites de détention, le travail forcé -souvent vide de sens et humiliant, et imposé sans que ne soient fournis l’équipement, l’habillement, la nourriture ou le repos adéquats- constitua un élément central du régime concentrationnaire. Les nazis imposèrent le travail forcé aux civils juifs à la fois dans et hors des camps de concentration, et ce, dès avant la guerre.

antisémitisme

En 1879, le journaliste allemand Wilhelm Marr inventa le mot antisémitisme, pour désigner la haine des Juifs, et des tendances politiques libérales, européennes et internationales des 18ème et 19ème siècles, associées aux Juifs. Ce nouveau mot voulait désigner une haine des Juifs modernisée, alliée aux nationalismes. Parmi ces tendances, on retrouve les notions d’égalité des droits civils, de démocratie constitutionnelle, de libre échange, de socialisme, de capitalisme financier et de pacifisme. La haine spécifique des Juifs, cependant, précéda l’ère moderne. Parmi les manifestations les plus communes de l’antisémitisme à travers les âges, figurent les pogroms (émeutes des populations locales dirigées contre les Juifs, et souvent encouragées par les autorités). Les pogroms avaient souvent pour prétexte des rumeurs villageoises, qui disaient que les Juifs utilisaient le sang d’enfants chrétiens pour leurs rituels religieux.

Au 19ème siècle, le mouvement xénophobe « völkisch », constitué de philosophes, d’universitaires et d’artistes allemands considérant l’esprit juif comme étranger à la germanité, formula l’idée selon laquelle le Juif était « non-allemand ». Le parti nazi, fondé en 1919 et dirigé par Adolf Hitler, donna une expression politique aux théories du racisme. Des millions de personnes achetèrent le livre d’Hitler Mein Kampf (Mon combat), qui appelait à l’expulsion des Juifs d’Allemagne.

Lorsque les nazis arrivèrent au pouvoir en 1933, le parti ordonna des boycotts anti-juifs, organisa des autodafés, et mit en place une législation antisémite. Le 9 novembre 1938, les nazis détruisirent des synagogues et les vitrines de magasins dont les propriétaires étaient juifs dans toute l’Allemagne et toute l’Autriche (ce fut la « Nuit de cristal »). Cet événement marqua la transition vers l’ère de destruction pendant laquelle, lors que la Seconde Guerre mondiale faisait rage, le génocide devint le but unique de l’antisémitisme nazi.

Glossaire
Les informations et les textes se trouvant sur le site ne peuvent être repris sans que la source ne soit citée. Veuillez nous contacter pour les règles d'utilisation. - Nous écrire